Rochdi Belgasmi

Arous Oueslat

ŒUVRE DÉCONSEILLÉE AUX MOINS DE 16 ANS – De la sexualité à la danse, il n’y a presque qu’un pas. Et de la danse à la débauche, il n’y a que deux pas. Ou trois. Dans la distance de l’une à l’autre, le travail de Rochdi Belgasmi ne cesse de revisiter les zones d’ombre de leur mémoire commune. C’est à partir de Selim, fils d’une prostituée de la fin du XVIIIème siècle que Rochdi Belgasmi explore ici le corps viril d’une sexualité refoulée. Le personnage de Selim intervient sur scène, dans ce hammam, pour témoigner mais aussi pour manipuler. Ce sont les lois, ses lois, de l’hospitalité. Entre l’attrait de l’un et le rejet de l’autre, le spectacle nous tend un miroir invisible sur la socialité du corps prostitué et sa fantasmatique masculine dans la société arabo-musulmane, mais aussi sur le corps de la ville et ses imaginaires, ses zones érogènes et ses rapports épidermiques.

Crédits

Parcours créations

Parcours : vert
Genre : Danse
Dates et heures : du 4 au 8 Octobre à 13h, 15h, 17h.
Durée : 40min
Lieu : Hammam Tammarine
©Nao Maltese
©Nao Maltese

Rochdi Belgasmi

Originaire de Sousse, Rochdi Belgasmi débute jeune la danse au sein des clubs et écoles de danse de la ville. Après l’obtention de son baccalauréat, il suit une formation académique à l’Institut Supérieur des Arts Dramatiques de Tunis parallèlement à une formation professionnelle en danse contemporaine.
Depuis 2006, il collabore avec plusieurs chorégraphes en tant qu’interprète et travaille également en tant que chorégraphe avec différents metteurs en scène.

En 2010, il fait la rencontre de la grande Khira Oubeidallah, avec qui il se forme aux danses populaires tunisiennes. Depuis cette rencontre, Rochdi Belgasmi place ces danses au centre de son travail contemporain et crée son premier solo en 2011 : «Transe», corps hanté, une création qui a tourné en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne.
Suivront les créations « Zoufri » en 2012, « Et si vous désobéissiez » (Wa Idha Aassaytom) en 2015, «Ouled Jellaba» en 2016. Cette dernière création touche l’image de l’homme dans la société tunisienne qui se veut moderne tout en laissant le « masculin » dominer.

Crédits


Performé par Rochdi Belgasmi, Souheib Oueslati (Texte), Oussama Saidi (Musique), Naim Ben Abdallah (Percussions),
Costumes : Raja Najjar
Assistant : Riadh Touti
Documentations et texte : Adnen Jdey
Langues : Arabe sur-titré en français

Production : L’Art Rue / Dream City
Avec le soutien du Ministère des Affaires Culturelles
Partenaire technique : SYBEL Light & Sound

Médiathèque

Newsletter

Vous souhaitez rester au courant de nos dernières nouveautés? Introduisez ci-dessous votre adresse e-mail et inscrivez-vous à notre newsletter.